Ça chauffe pour Gambetta

L’électricité est un mode de chauffage réputé particulièrement coûteux… Tout comme au Bois-Matar il y a deux ans, l’OPH change les installations de chauffage de la résidence Gambetta, pour un matériel plus économe et un confort accru. Avant de renforcer l’isolation des bâtiments…

Terminé les vieux convecteurs énergivores ! Comme au Bois-Matar tout proche, la résidence Gambetta sera désormais chauffée grâce à des radiateurs à “fluide caloporteur”.

À la clé, un bien-être accru pour les locataires. Contrairement aux traditionnels convecteurs, qui apportent un confort médiocre (fortes différences de températures entre le sol et le plafond), les radiateurs installés apportent une chaleur homogène et douce (identique à celle d’un chauffage central). Ils sont également beaucoup moins gourmands. Un conseil cependant : conservez bien le mode d’emploi qui vous est fourni. Il vous permettra de programmer vos installations de façon optimum – et donc de faire de sérieuses économies.

La résidence Gambetta va en outre bénéficier d’un ravalement des façades avec une isolation renforcée. Tout comme sur le quartier Gustave-Flaubert tout proche, un isolant (polystyrène de 16 mm d’épaisseur) va améliorer les performances thermiques du bâtiment. Il sera habillé par un nouvel enduit. Ces travaux se dérouleront de mi-mars à fin août pour le bâtiment 5, de mai à octobre pour le bâtiment 7.

Prochaines permanences de la Présidente

Nathalie Dinner, présidente de l’OPH vous reçoit sans rendez-vous lors des permanences qu’elle organise dans les quartiers.

Vous pouvez la rencontrer :

SECTEUR NORD :

Mardi 18 avril de 17h à 19h – loge Thimonnier (43, rue Thimonnier)

SECTEUR CENTRE :

Mercredi 19 avril de 17h à 19h – loge HBM (5, place Jules-Vallès)

SECTEUR TRIAGE :

Mardi 25 avril de 17h à 19h – loge Triage (68, av. de Choisy)

SECTEUR PLATEAU :

Mercredi 26 avril de 17h à 19h – loge Plateau (12, rue des Chênes)

Rappelons que ces permanences sont des rendez-vous individuels. Elles vous permettent d’exposer votre situation ou vos difficultés personnelles en toute confidentialité.

“Un droit essentiel à défendre”

Une interview de Florent Prian, représentant CNL des locataires, à l’occasion du 77e congrès du mouvement HLM – auquel il a pris part.

Pouvez-vous nous rappeler quelle est l’action de la CNL au service des locataires ?

Florent Prian : Nous sommes des militants bénévoles, qui défendons l’ensemble des locataires. Nous relayons leurs demandes pour l’amélioration de l’habitat, nous veillons à leurs intérêts (par exemple en contrôlant chaque année le calcul des charges) et nous les représentons au Conseil d’administration*. Au niveau des quartiers, nous tenons des permanences pour informer les locataires de leurs droits.

Nous avons un rôle revendicatif. Par exemple, en ce moment, nous menons une grande campagne contre la baisse des APL (décidée par le gouvernement). Nous militons pour un logement social de qualité, pour faire vivre un droit essentiel : le droit au logement pour tous.

Quel regard portez-vous sur la situation du logement social, à l’issue de ce 77e congrès ?

F.P. : La France est touchée par une très grave crise du logement : il est de plus en plus difficile de se loger dans notre pays. Face à cette situation, le logement social peut jouer un rôle essentiel. Malheureusement, les subventions ne cessent de diminuer, pour les constructions neuves comme pour les rénovations, et la crise ne cesse de s’approfondir. Un exemple : en 2015, l’État a autorisé la construction de 3500 logements sociaux dans le Val-de-Marne, or dans la même période, on est passé de 70000 à 80000 demandeurs sur le département ! Près de deux milliards d’euros sont consacrés aux bailleurs privés, notamment via des exonérations fiscales ; dans le même temps, le gouvernement a baissé les aides au logement social à 250 millions d’euros, alors que le président de la République […]

Une motion du conseil d’administration contre la baisse des APL

 Réuni en séance ordinaire le 18 octobre, le conseil d’administration de l’OPH de Villeneuve-Saint-Georges a adopté à l’unanimité un vœu  contre la baisse des APL, décidée par le gouvernement et qui entre en vigueur ce mois d’octobre. La pétition mise en ligne par l’association de locataire CNL est toujours disponible à la signature en cliquant ici.

Madame la Ministre,

Nous administrateurs de l’OPH de VSG, réuni ce jour en Conseil d’Administration, tenions à vous faire part de notre grande inquiétude quant aux mesures de baisses voire aux suppressions des APL pour certains ménages.

Madame la Ministre, cette mesure est lourde de conséquences à l’heure où le logement est en pleine crise, à l’heure où des milliers de personnes n’ont pas accès à un logement digne, à l’heure où de très nombreuses familles ont du mal à joindre les deux bouts.

Les mesures que vous avez prises d’inclure les livrets A, les livrets développement durable, les livrets d’épargne populaire et les maisons familiales dans le calcul de ces aides, vont impacter directement près de 650 000 foyers. Ces 650 000 foyers parmi les plus modestes vont être pénalisés car cela va taxer le peu d’économies qu’ils réussissent à conserver.

De fait, cette mesure impactera directement les bailleurs sociaux puisque de nombreux foyers vont se retrouver en difficulté pour honorer le paiement de leur loyer. Vous l’aurez compris, Madame la Ministre, une telle décision impacterait l’ensemble des bailleurs sociaux, car de très nombreuses familles sont aujourd’hui pleinement touchées par la crise économique de notre pays, elles se retrouvent très souvent en difficultés en fin de mois, et aujourd’hui même les ménages dits modestes ont du mal à boucler les fins de mois. Taxer, raboter voire supprimer les APL pour ces foyers, c’est fragiliser […]

Les Offices d’habitat social doivent devenir les fers de lance du droit à la ville

À l’occasion du Congrès de l’USH (Union sociale pour l’habitat), le maire de Gennevilliers, le président de l’OPH de Vitry-sur-Seine, une architecte et une sociologue ont uni leur plume pour mettre en avant la nécessité de développer le logement social dans notre pays. Une réponse juste et efficace à la crise du logement, mais aussi un contrefeu à la spéculation immobilière qui mine la région. Nathalie Dinner, présidente de l’OPH de Villeneuve-Saint-Georges, se joint à cet appel.

Les Offices d’habitat social doivent devenir les fers de lance du droit à la ville

Notre pays, et singulièrement la métropole parisienne, subit une crise du logement, inédite depuis cinquante ans. Parallèlement, les collectivités sont confrontées à des enjeux majeurs d’aménagement ; les logiques de partition urbaine et de ségrégation continuent à s’imposer dans les territoires et à dégrader le quotidien de leurs habitants.

Cette double réalité alimente des dynamiques spéculatives d’un côté, une paupérisation et une spécialisation des bailleurs sociaux de l’autre.

Les prochaines échéances électorales vont être l’occasion pour les hommes et les femmes politiques de questionner ces dynamiques et de reconstruire du sens et du projet pour la société et pour la ville. Pour nous, ce projet passe notamment par les Offices publics de l’habitat. Leurs compétences de gestionnaire, leur modèle économique, la dimension universaliste de leur mission en font des acteurs de premier plan dans les politiques du logement ; ils peuvent jouer un rôle plus grand encore en matière de construction de logements et d’aménagement. Ils peuvent apporter des réponses novatrices, justes et efficientes.

Les offices publics d’habitation sont des leviers pour une politique qui veut reconstruire du commun. Exception française, ils ne sont pas les instruments du “logement des pauvres”. En France, le logement social est destiné au plus grand […]

Rencontres d’un nouveau type

   

En plus des permanences qu’elle tient plusieurs fois par an, la présidente de l’OPH Nathalie Dinner a lancé cet été des rencontres d’un nouveau type : les promenades de quartier ont permis aux locataires et à leurs représentants de faire un large tour d’horizon des petits et grands soucis du quotidien dans les résidences de l’OPH. Et de réfléchir aux solutions à y apporter…

De l’entretien des espaces extérieurs à la question des parkings, des améliorations à apporter aux parties communes à la question de la propreté, ces promenades ont permis aux locataires présents d’exposer leurs souhaits, leurs idées d’amélioration pour vivre mieux dans leur quartier.

Une démarche souhaitée par la présidente de l’OPH, Nathalie Dinner. En effet, les permanences qu’elle organise plusieurs fois par an servent d’abord à évoquer des questions personnelles : avec ces rencontres, un moment de discussion collective permet de réfléchir ensemble et d’évoquer toutes les questions “de visu”.

L’OPH va poursuivre son travail durant tout l’été (et au-delà…) pour apporter des réponses aux différentes questions posées. Ainsi sur la question des épaves, un projet de sous-traitance est à l’étude afin d’apporter enfin une réponse durable au problème de l’identification des véhicules et de l’obtention des autorisations d’enlèvement. Sur les questions de la voirie, des reprises localisées vont être réalisées…

Mais beaucoup dépend également des locataires, ces rencontres le confirment : nombre de problèmes naissent d’incivilités. Ainsi le respect par chacun des lieux et des règles de vie commune est crucial pour améliorer le quotidien de tous.

La présidente a souhaité renouveler régulièrement ces rencontres, afin de poursuivre la réflexion commune – mais aussi de permettre à chacun de participer aux choix budgétaires. Rendez-vous donc aux prochaines promenades. Des initiatives sont déjà prévues à Anatole-France, à Lamartine et […]

Les clés pour mieux vivre ensemble

Respecter ses voisins, sa résidence, son gardien, contribuer à la propreté des lieux… ce sont les clés pour mieux vivre ensemble, rappelle cette campagne d’affiche dans les halls des résidences de l’OPH.

L’OPH demande les moyens de se développer

« Pour faire face à la crise du logement, l’Etat doit réinvestir dans le logement social ». Nathalie Dinner, présidente de l’OPH, vous invite à soutenir l’appel lancé par IDF Habitat.

 
Décrétons l’état d’urgence pour le logement
Le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre démontre une nouvelle fois la gravité de la situation du logement dans notre pays.

3,8 millions de personnes souffrent de mal-logement ou d’absence de logement personnel. Près de 12 millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement, ce qui porte le nombre total de personnes victimes de la crise du logement à 14 466 000.

Les 500 000 logements construits par an promis en 2012 par le Président de la République sont loin d’être atteints. Seulement 351 200 logements (chiffre novembre 2015) ont été mis en chantier en 2015, un chiffre équivalent à 2014.

En région parisienne 600 000 familles sont en attente d’un logement alors que seulement 30 000 logements sociaux ont été financés en 2015.

Les prix de construction d’un logement explosent et les loyers représentent plus de 25% des revenus d’un ménage. Les impayés sont en hausse constante.

Cette spirale infernale laisse sur le pavé des centaines de milliers de familles.

Face à cette crise du logement, nous demandons au gouvernement de décréter l’Etat d’urgence pour combattre la spéculation, le monde de la finance qui remet en cause les fondements de notre république solidaire et fraternelle.

Comme mesures immédiates nous demandons :

De supprimer les aides fiscales aux investisseurs privés qui permettront en 2016 de faire une économie sur le budget de l’Etat de 1,8 milliard d’euros
De consacrer les 1,8 milliard d’euros au financement des aides à la pierre pour le logement social et au financement de l’APL qui sera réévaluée, ce qui permettrait de  construire 200 000 […]

Un accueil provisoire au siège de l’OPH

Des travaux d’amélioration de l’accueil se déroulent en ce moment au siège de l’OPH situé 137, rue Anatole-France. Bientôt, nous vous accueillerons dans un espace totalement rénové ! Pendant la durée des travaux, l’accueil des locataires est provisoirement déplacé au 43, rue Thimonnier. Notre numéro de téléphone reste, par contre, inchangé : 01 43 89 11 61.

Remise à neuf des sanitaires à Henri-Sellier

Les équipes s’activent quartier Henri-Sellier. Des ouvriers transportent bacs à douche, éviers ou toilettes. Dans les appartements, les plombiers posent les nouvelles installations. Elles sont remplacées en fonction de leur état, suivant un programme établi lors des états des lieux. Les évacuations sont elles aussi remises à neuf quand leur état le nécessite. « Nous faisons huit à neuf appartements par jour » commente le responsable de l’entreprise de plomberie chargé de ces travaux. « Ne vous inquiétez pas, ce sera terminé avant midi » rassure t-il une dame, impressionnée par l’opération. « Pas de problème, une fois terminé ce sera bien » répond la locataire.

Il restera pourtant du travail, car les plombiers sont régulièrement obligés d’ébrécher une partie du carrelage lorsqu’ils retirent les anciens sanitaires. Les carreleurs passent dans les jours qui suivent. « Cela fait plus d’une semaine que ma douche a été changée et je reste sans carrelage ! » se sont plaints plusieurs locataires, lors des permanences de la présidente. Les ingénieurs de l’OPH ont aussitôt demandé à l’entreprise de retravailler son planning pour que l’ensemble des opérations se déroulent sur deux jours maximum.

Cage d’escalier par cage d’escalier, le remplacement des sanitaires se poursuit : dans les semaines qui viennent, ce sont les portes palières qui seront à leur remplacées.