De nombreux locataires, comme ses collègues de l’OPH, ont tenu à saluer Jacques Moreau, à l’occasion de son départ en retraite.

Chaque quartier a ses figures. Parmi elles, il y a souvent le gardien lorsque, comme Jacques Moreau, il a vu passer et grandir des générations d’habitants !

Jacques vient de prendre sa retraite. Il était gardien de la résidence Gustave-Flaubert depuis trente-deux ans ! Ce “titi villeneuvois” est arrivé sur la ville encore enfant, en 1956. Longtemps tapissier-bourrelier dans les ateliers du Faubourg Saint-Antoine, il a même roulé sa bosse dans le monde entier – lorsqu’il s’agissait d’aller décorer les appartements de princes saoudiens ou du Shah d’Iran. Un vrai métier d’art dont il avait la passion.

C’est donc un peu par hasard que l’homme aux mains d’or est devenu gardien – “En 1985, mon atelier a fait faillite. J’habitais déjà Flaubert et le gardien de l’époque partait à la retraite… j’ai saisi l’occasion.” Et il ne le regrette pas : “avant d’être un métier technique, c’est un métier de contacts humains.” Jacques et sa tranquille bonhomie ne pouvaient que s’y plaire.

Il ne quittera le quartier que l’été venu – le temps pour son épouse Roseline, qui travaille également au sein des services de l’OPH, de raccrocher elle aussi son tablier. Mais ils reviendront souvent dans le quartier où ils ont gardé leurs attaches.

De nombreux locataires ont manifesté leur amitié à Jacques Moreau – parfois aussi leur inquiétude de le voir partir ! “Je les rassure : la relève est déjà là.” Jean-Claude Fagniart a pris ses quartiers depuis deux mois à Flaubert.